Lors de la pause déjeuner, dans le réfectoire.


Michel : Oh ! Mais qui c’est qui est de retour !

Thierry : Salut mon Michou ! Comment va ?

Michel : Comme un lundi ! Haha

Thierry : Ah, sacré Mich Mich !

Michel : Alors tes vacances, c’était comment ?

Thierry : C’était génial ! Je n’ai pas vu le temps passer tellement il y avait de choses à faire et à voir.

Michel : Ah bon ? T’as fait quoi de beau ?

Thierry : Nos enfants nous ont offert un voyage organisé à l’autre bout du monde. Mais tu me connais, tu sais que je n’aime pas qu’on me prenne par la main pour faire telle ou telle chose. Encore moins pendant mes vacances ! Tiens, tu peux me passer le sel s’il te plaît ? Du coup, avec ma femme on s’est fait la malle dès qu’on a pu larguer le troisième âge et on est parti explorer un peu au hasard les environs sans guide, ni carte. Sauf qu’à force d’avancer, on s’est perdu et la nuit tombait. Je ne te raconte pas dans quel état Gisèle était !

Michel : Whoa, dur ! Et du coup, comment vous avez fait ?

Thierry : Bah j’ai ramassé tout ce qui traînait autour de moi, j’ai réussi à allumer un feu et à nous construire une cabane de fortune. Pendant ce temps, Gisèle a improvisé un gueuleton des familles avec des champignons, des baies qui poussaient dans le coin... Et elle a même chassé une biche !

Michel : L’aventure à l’état sauvage, la vraie ! Petit coup de rouge ?

Thierry : Ouais allez, mais pas plus que le bord. Les jours suivants on est tombé sur des tribues aborigènes de la région. On a bien sympathisé avec elles, ce qui nous a permis d’en apprendre beaucoup sur leurs modes de vie. C’était vraiment fou, elles avaient chacune leur propre culture et vénéraient une divinité différente. D’ailleurs, il n’était pas rare de tomber sur des temples qui leur étaient dédiés en plein milieu d’une vallée ou derrière une cascade par exemple. Je te montrerai les photos, Gisèle n’arrêtait pas de se prendre en selfie devant.

Michel : Bon, et sinon le reste du séjour s’est bien passé ?

Thierry : Ah ! Ca a été toute une aventure. Passé les premiers jours d’acclimatation qui ont été bien rudes, on a décidé de reprendre la route par nous même. Et là, je te raconte pas. Des embrouilles à gogo ! On a eu le droit à des animaux sauvages qui viennent nous voler la nourriture la nuit, un mec qui voulait nous refiler sa merde, des ampoules pleins les pieds tellement nos chaussures étaient usées à force de marcher, j’en passe et des meilleurs. Mais le plus incroyable dans tout ça, c’était les paysages. Tu te baladais dans une clairière et au bout, bim ! Une chaîne de montagnes. Le matin il pouvait faire très froid tandis que l’après-midi on atteignait facilement les trente-huit degrés à l’ombre. On a failli traverser un marécage et un désert mais j’ai pas osé, les climats trop chauds et humides c’est pas mon fort.

Michel : Je sais, c’est ce que me dit souvent ta femme.

Thierry : Ahaha t’es con Michel !

Michel : Ce devait être vraiment dépaysant ! Et côté animations, ça donnait quoi ?

Thierry : Avec une météo aussi imprévisible c’était difficile de planifier nos activités à l’avance mais on a pu faire de l’escalade quand il ne pleuvait pas. On a également fait une balade à cheval dans de grandes plaines et même fait trempette dans un lac. Bref, on ne s’est pas ennuyé ! Et toi alors ? Tu as fais quoi de tes vacances ?

Michel : A peu prés la même chose… mais sur Dark Souls 3.

Un homme se lève de la table avoisinante.

Eiji Aonuma : Les gars, vous êtes des génies.

Michel & Thierry :

Thierry : C’était qui ?

Michel : Je ne sais pas… Je te ressers un verre ?

Thierry : Allez !